Histoire, Patrimoine et Environnement

valençois

Histoire, Patrimoine et Environnement Valençois souhaite concourir à diverses restaurations du patrimoine local, et l’espoir est grand de voir, dans les années à venir, la réalisation de nos objectifs.

Patrimoine Valençois

À VOIR ABSOLUMENT À VALENCE-EN-BRIE

 

  •  Les Puits : Valence-en-Brie, est doté de nombreux puits, de deux catégories : les puits publics et les puits privés. Ce n’est qu’après la Révolution de 1789 que les superstructures architecturales, qui coiffent les puits communaux, ont été érigées. Ils sont au nombre de six et deux ont déjà bénéficié d’une restauration. HPEV se propose d’aider à la remise en état des quatre puits restant à rénover.

À NOTER: La restauration, tant attendue, pour 2 de ces puits s'est achevée à l'été 2014. Deux autres attendent leur tour.

photo Daniel Bullot

 
  • La Ferme et le Lavoir : cette ferme est en fait l'ancien château seigneurial, transformé à la fin du XVIIe en exploitation agricole. Elle a été joliment restaurée par les actuels propriétaires

photo Daniel Bullot

 

  •  Les fours à chaux : Au XVIIe siècle, le village produisait déjà et vendait à l’extérieur, sa chaux. La production a cessé vers 1925. En 1996, la commune s’est rendue propriétaire de ces fours, ainsi que des carrières qui l’environnent. Le programme de remise en état n’a malheureusement pas été mené à son terme. Les deux fours les plus anciens sont désormais en danger. les adhérents désirent mener une action de sensibilisation à cet état afin d’aboutir à une restauration durable. 

photo Daniel Bullot

À NOTER: Une délibération du Conseil municipal du 31 mai 2012 prévoit la remise en état de deux de ces fours, non restaurés lors des précédents travaux, mais la réalisation tarde...

  •  L’église Saint-Nicolas de Valence-en-Brie possède encore un autel datant du XVIIe siècle dont le mauvais état fait craindre pour sa pérennité. HPEV cherche à œuvrer afin de lui rendre son lustre passé.

 

  • L'église conservait un tableau intitulé Le Rosaire dans un état avancé de dégradation. L'association a permit sa restauration grâce un apport financier du Crédit Agricole de Montereau et la participation du Conseil général de Seine-et-Marne.

 

  • En 1850, des vitraux ont été posés à ses fenêtres. Ceux-ci qui, bien que faisant l’admiration des visiteurs, présentent diverses détériorations auxquelles il conviendrait de remédier. HPEV se propose de soutenir l’action de la municipalité pour leur sauvegarde.

Service simple et gratuit

Créer un site gratuit

photo Daniel Bullot

À NOTER: Un projet de restauration de l'autel du XVIIIe est en cours, après la visite de plusieurs professionnels de l’art. Une suite n'a pas encore été donnée à ces devis.

Autres Curiosités

 

 

  • Trois bannières de confréries, en usage lors des processions, faites de soie et coton, ont leurs tissus fragilisés par l’action de la lumière et de la poussière, une restauration s’impose. HPEV souhaite intervenir au plus vite sur ces objets en périls.

 

  • Dans notre cimetière se trouve la chapelle de Madame la baronne de Moracin qui fit preuve de beaucoup de générosité envers notre village au XIXe siècle. Cet édifice était considérablement détérioré depuis 1865, tant par l’action du temps, des intempéries, et surtout par l’action de vandales. HPEV a participé au devoir de mémoire en le remettant en état.

 

  • Les tombes de trois anciens prêtres de notre paroisse, très détériorées, ont été restaurées et mises en valeur par un de nos membres. Les adhérents souhaitent remettre en état la tombe de la soeur Saint-Anaclet, une des institutrices de notre école de filles qui fut fondée en 1863; elle repose sous une simple butte de terre à la croix descellée. Les membres de l'association souhaitent la rendre digne de la mémoire de celle qui se dévoua auprès de tant de petites Valençoises.

  

  •  Notre village présente encore bien d’autres points d’intérêts, partie intégrante de son histoire : les présences de deux sociétaires de la Comédie française, MM. Dessonnes et Lafon, du poète Guy-Charles Cros. Le village s’est vu décerner grâce à l’action de ses enfants, la Croix de Guerre. Il a même défrayé les chroniques régionales et nationales en 1896 par les méfaits d’un esprit malin, dans une maison dite hantée.

Toutes ces actions ont un coût, parfois trop important pour les finances d’une petite association ; elle est autorisée à recevoir des dons, de toutes natures. Les généreux mécènes peuvent se manifester, leurs aides ajoutés à ceux du Conseil Général du département et de la commune, permettra de rendre à notre village la qualité de son patrimoine.